L’instant fou des Alchimistes : Florent le Gaonach

«Bourdieu disait que la sociologie est un sport de combat. Je dirais que l’entrepreneuriat l’est aussi.»

Dans «L’instant fou des Alchimistes» nous avons voulu en savoir plus sur notre savant fou à la volonté de fer, Florent le Gaonach boxeur de haut niveau, coach en entreprise et thérapeute.

Tu es un boxeur de haut niveau et également un coach en entreprise chevronné sur des thématiques de développement personnel et leadership. Comment s’est effectué ce grand écart entre le ring et la salle de réunion?

De manière assez progressive. Pendant longtemps, j’ai mené de front mes études en sciences humaines et ma carrière de boxeur. A cette période, je m’intéressais déjà de près à ces thématiques de leadership et de développement personnel. C’est ce qui m’a poussé à me former à l’hypnothérapie et à la sophrologie avec des outils issus de la thérapie brève comme la PNL(Programmation Neuro Linguistique) ou l’analyse transactionnelle. D’ailleurs, ça m’a ensuite servi sur le ring où j’ai pu lier la théorie à la pratique.

Tu as monté le cabinet The motion Therapy avec des psychologues et des thérapeutes. Les parisiens ont la réputation d’être grincheux et névrosés…Est-ce qu’on est vraiment tous comme ça?

(rires) Heureusement pas tous non. C’est plutôt la projection que l’on fait de ses propres névroses sur le parisien. Mais les parisiens sont comme les bordelais ou les marseillais, même si c’est certain qu’à Paris le climat est différent et qu’il n’y a pas la mer. Pour moi à chaque région ses névroses!

Pour devenir un leader inspirant on dit que le secret ultime c’est de se connaître soi-même et de se faire confiance, tu confirmes?

Absolument. Tous les leaders ont dû dépasser leurs failles. C’est justement parce qu’ils ont cherché à les dépasser, à aller dans leur part d’ombre qu’ils ont pu révéler leur potentiel. Je pense qu’il faut avant tout trouver sa lumière intérieure pour ensuite rayonner auprès des autres.

On parle beaucoup de la Résilience — cette capacité à rebondir pour dépasser un traumatisme et aller de l’avant.. Bullshit ou arme secrète de l’entrepreneur de demain?

Il faut d’abord replacer le terme résilience dans le contexte psychologique. En France, c’est le psychanalyste français Cyrulnik qui a beaucoup analysé ce concept. Si on le ramène au contexte de l’entreprise,cela se traduit par la capacité à faire face ensemble.Peu importe le contexte, la résilience se fait dans l’altérité, dans la rencontre.

Si tu avais Mohammed Ali face à toi tu lui dirais quoi ?

Je serais très impressionné ! Je pense que je ne dirais rien mais que je l’écouterais. C’est un bon exemple de résilience. Même si il a vécu des moments difficiles, il a toujours osé avoir des prises de positions fortes et aller au devant des difficultés.

Et pour finir, c’est quoi pour toi la magie des Alchimistes ?

C’est la capacité à réunir des personnes venant de milieux différents et de faire en sorte que toutes ces énergies ne fassent plus qu’une autour d’une seule et même volonté. Celle d’entreprendre avec de vraies valeurs.

Propos recueillis par Louise Herail et Anthony Ondomat